Le réseau musique d’AR44 et son accessibilité aux jeunes

Le réseau d’AR 44, c’est aussi des structures qui développent des enseignements artistiques musicaux, pour une pratique amateur. En 2017, nous avons choisi d’accueillir un jeune en volontariat, Amaël, qui s’est intéressé à l’accessibilité des jeunes aux pratiques musicales proposées dans ces associations de musique.

Un réseau musical dans le département de la Loire-Atlantique

17 associations de musique (dont 2 fanfares) sont dans le réseau d’AR 44, et elles proposent des cours individuels ou « collectifs ». Celles-ci emploient environ 110 salariés et regroupent 2 000 adhérents.

Au regard des nombreux questionnements et des difficultés parfois rencontrées par ces associations de musique, AR 44 a décidé que ce réseau thématique ferait l’objet d’une étude spécifique, approfondie par un jeune en Service Civique. Amaël nous a donc rejoint pour réaliser dans un premier temps un état des lieux de ce réseau.

Progressivement, suite à son diagnostic, sa mission s’est affinée pour questionner l’accès aux jeunes (entendus de 15 à 34 ans) à des pratiques proposées par ces structures de musique. Car en effet, les « 15-34 » ans est la tranche d’âge la moins représentée dans ces associations de musique (constat national). La rupture commence à partir du collège et s’accentue à partir du lycée.

Quelle accessibilité à ces pratiques musicales pour les jeunes ?

Le diagnostic et l’étude ont été réalisés à partir d’entretiens et questionnaires auprès de 65 élèves et 14 enseignants. Enfin, 11 grilles tarifaires de différentes structures ont été exploitées.

Pour son étude, Amaël s’est appuyé sur différents éléments :

  • Les tarifs proposés par les structures musicales ;
  • Les pratiques musicales de chaque association ;
  • Les nouvelles pratiques musicales ;
  • L’accès aux prises de décision dans ces structures pour les jeunes ;
  • Les jeunes en situation de handicap et leur accès aux pratiques musicales ;
  • La communication des structures.

Quelques courtes conclusions…

…Qui ne vous empêchent pas de lire l’étude d’Amaël ci-dessous !

  • Améliorer l’accessibilité et l’ouverture ;
  • Avoir une approche moins scolaire et verticale, aller vers l’autonomisation et l’émancipation ;
  • Développer l’improvisation, la création plutôt que l’interprétation ;
  • Privilégier l’utilisation de la transmission orale plutôt qu’écrite ;
  • Développer les outils de communication du web ;
  • Prendre en compte les jeunes porteurs d’un handicap par des pratiques de groupe, faciliter leur accessibilité à l’enseignement musical sur le territoire.

Consultez l’étude sur le réseau musique d’AR 44

SPIP Mentions légales Plan du site Suivre la vie du site RSS 2.0